Purgatoire des innocents, Karine Giebel

Résumé: « Je m’appelle Raphaël, j’ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, nous venons de dérober trente millions d’euros de bijoux. Ç’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts, un blessé grave. Le blessé, c’est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où il pourra reprendre des forces. Je m’appelle Sandra. Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là… Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer ».

Mon avis: dans cet article je vous parle d’un livre d’une romancière Varoise Karine Giebel, « Purgatoire des innocents« . Déjà lu « Meurtres pour rédemption », du même auteure, il y a quelques années maintenant, ce livre me rappelle qu’ il faut vraiment que je lise plus souvent ce style de bouquins, que j’aime les thrillers psychologiques, les huit clos. Ce qui a motivé ma lecture, c’est aussi que Karine Giebel est née à La Seyne Sur Mer, dans le Var, là où je vis actuellement, et qu’elle est la marraine du prix des lecteurs de Polar organisé par la médiathèque du Cannet-des-Maures,(article en ligne très prochainement). Tout commence par un braquage dans une bijouterie organisé par Raphael, William son frère, Fred et Christel, un couple de complices. Mais tout ne se passe comme prévu, dans un échange de balles avec la police William est blessé, deux innocents aussi. Pour rejoindre leur planque, il doit absolument être soigné. Ils vont alors faire appel à Sandra, jeune vétérinaire d’une trentaine d’années. Vétérinaire? Faute de mieux  » un véro c’est comme un toubid ». Ils ne connaissent pas Sandra, c’est un numéro pris au hasard au détour d’une rue, sur la façade d’une clinique. Elle est mariée à un gendarme, mais ça ils ne le savent pas encore, d’ailleurs qui est réellement Sandra, que cache-t-elle? Et si finalement ils n’avaient pas fait l’erreur de leurs vies? Dès le départ, mes questions se sont vite enchainées, « mais cette Sandra, elle n’est pas claire, pourquoi elle agit comme elle le fait? Qui est vraiment son mari? » Dans cette histoire, nous alternons au fil de notre lecture, sur des flashbacks de la vie adolescente de Raphael, le personnage principal et leader du groupe de braqueurs. Il y aussi une autre histoire parallèle qu’on va découvrir, avec deux jeunes adolescentes, Jessica et Aurélie. Et là d’autres interrogations surviennent… Mais qui sont ces deux ados et que viennent-elles faire dans l’histoire? Les braqueurs pensaient trouver un refuge, ils finissent en enfer!!! Stop, je ne vous en dis pas plus, j’aime garder le suspens et je vous laisse répondre à toutes ces questions en lisant ce livre. En tout cas, pour moi, il a été plein de surprises, Karine Giebel sait vraiment bien nous terroriser, nous plonger avec des âmes humaines plus que dérangées. D’ailleurs, elle est considérée comme la Stephen King française, rien que ça! Ses livres se sont vendus à plus d’un million d’exemplaires et sont traduits dans une douzaine de langues. Là c’est sur, j’ai envie de découvrir ces autres romans, tous ses romans! J’ai quand même déjà une PAL bien chargée, mais c’est sur que je me replongerais prochainement dans un Giebel!

Maintenant que j’ai redécouvert mon goût pour les huit clos, les thrillers psychologiques, avez vous des livres à me conseiller? Je suis preneuse de toutes bonnes sources d’inspirations!

« Tu vois, Raphael, tu t’es trompé. Je ne suis pas une femme comme les autres. Vulnérable, fragile ou sans défense. Plutôt un monstre qui grandit en enfer à l’ombre de son maître et se nourrit de chair humaine ».

Autres romans de Karine Giebel: pour ma sélection « Meurtres pour rédemption », que j’ai déjà lu et son dernier, « Ce que tu as fait de moi ».

  • Meurtres pour Rédemption: Marianne, vingt ans. Les barreaux comme seul horizon. Perpétuité pour cette meurtrière. Indomptable, incontrôlable, Marianne se dresse contre la haine, la brutalité et les humiliations quotidiennes. Aucun espoir de fuir cet enfer, ou seulement en rêve, grâce à la drogue, aux livres, au roulis des trains qui emporte l’esprit au-delà des grilles. Grâce à l’amitié et à la passion qui portent la lumière au cœur des ténèbres. Pourtant, un jour, une porte s’ouvre. Une chance de liberté. Mais le prix à payer est terrifiant pour Marianne qui n’aspire qu’à la rédemption…
  • Ce que tu as fait de moi: Personne n’est assez fort pour la vivre. Personne n’est préparé à l’affronter, même si chacun la désire plus que tout. La passion, la vraie… Extrême. Sans limites. Sans règles. On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute. Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j’avais plongé seul… Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?

Je viens de découvrir aussi en écrivant cet article, des podcasts sur Karine Giebel, le réveil culturel, sur France Culture, voici les liens si vous souhaitez en savoir plus sur la reine française des polars:

4 réflexions sur “Purgatoire des innocents, Karine Giebel

  1. J’ai eu la chance de lire ce roman, vraiment tres palpitant, je ne l’ai pas lacher avant de l’avoir fini. Je te conseille « Toutes blessent, la derniere tue » du meme auteure, tres emouvant et captivant.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s