Premières lignes, #9

Bonjour lecteurs,

J’espère que vous allez bien. L’heure de notre rendez vous hebdomadaire a sonné. Premières lignes a pour but de vous faire découvrir les premières lignes de ma lecture en cours et a été initié par Malecturothèque.

Cette semaine, je vous partage, Trois Voeux de Liane Moriarty. Mon premier de cette auteure, qui a écrit plusieurs romans notamment Petits secrets, grands mensonges, adapté en série et que d’ailleurs j’ai adoré Big Littles Lies.

Belle Lecture a vous!

Prologue

Le hasard veut parfois que l’on se retrouve à jouer en public la comédie, la tragédie ou le mélodrame de sa propre vie.

On court pour attraper le bus le matin, en balançant allégrement son attaché-case, quand soudain, on trébuche et on s’etale au bout milieu du trottoir comme dans une cour de recréation. On est coincé dans le silence oppressant d’un ascenseur bondé quand notre chéri(e) fait une remarque exaspérante (« quoi qu’est ce que tu as dit? »), notre progéniture nous pose une question un peu délicate ou notre mère nous appelle sur notre portable pour brailler des avertissements. On se faufile dans une rangée de genoux, au cinéma, pris dans les lumières des bandes annonces, quand on renverse du pop-corn sur les jambes d’un inconnu. Un jour de poisse où les catastrophes s’accumulent, on se dispute violemment avec quelqu’un qui est en position de force: un guichetier de banque, un teinturier, un bambin de trois ans.

On a le choix entre ignorer les spectateurs qui nous décochent en silence un sourire narquois, les fusiller du regard ou hausser les épaules avec humour. Si l’on a du panache, on leur fera peut-être même un petit salut. Quoi qu’il en soit, cela n’a pas de grande importance car nous ne pouvons guère contrôler le rôle qui nous est attribué dans les petites anecdotes amusantes qu’ils sont déjà en train d’inventer; si ça leur chante, ils nous dépouilleront un peu plus encore de notre dignité. C’est ce qui arriva à trois femmes à Sydney, par une fraîche soirée du mois de juin. (En réalité, elles avaient toujours été coutumières du fait, mais cette fois-là, le spectacle fut particulièrement grandiose.)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s